Optimiser votre logistique E-commerce

Le poids de la logistique provient de l’entreposage, du traitement des marchandises et surtout du transport. Pour réduire la facture, il est important d’arbitrer entre le volume du stock et la fréquence des envois, les délais d’expédition et la promesse commerciale, et les différents modes de livraison.

Gérer prudemment le catalogue produits

Dans l’E-commerce, les références les moins fréquemment vendues restent visibles via les moteurs de recherche et sont susceptibles d’être sélectionnées par un client. C’est pourquoi, à la différence des points de vente physiques, les E-marchands ont tendance à élargir leur gamme. Or, « la largeur du catalogue a un impact direct sur les coûts logistiques à cause des besoins en stockage. Pour les faire fléchir, le premier conseil est donc de gérer prudemment le catalogue », explique Luc de Murard, directeur général de Crosslog, prestataire logistique. Une solution consiste à négocier des délais de livraison optimum avec les fournisseurs afin de travailler en flux tendus.

Mutualiser l’entreposage

La mutualisation des moyens d’entreposage (locaux, système informatique, ressources humaines, etc.) génère des gains sur les coûts.

Sylvain Mignot, gérant d’Efilog, prestataire logistique, cite l’exemple d’un de ses clients « qui payait 2 500 euros par mois pour louer un local de 150 m2 en région parisienne pour entreposer sa marchandise, alors que dans la Sarthe nous payons nous-mêmes 2 500 euros par mois pour la location d’un entrepôt de 13 000 m2 ». Le poids de l’immobilier dans le compte d’exploitation peut donc être réduit en externalisant l’entreposage ou en le délocalisant en province. Il n’est pas le seul. La gestion d’un entrepôt nécessite des investissements matériels solution logicielle, meuble (palette, rack, casier, etc.), emballage. Un prestataire obtient des tarifs avantageux auprès de ses fournisseurs en négociant des volumes. Si vous internalisez la fonction, sachez que tout est question d’arbitrage. Attention, par exemple, à ne pas rogner sur la qualité de l’emballage pour faire baisser le coût des dépenses, alors qu’un emballage light risque de créer des avaries et finalement, vous coûter plus cher !

Automatiser la préparation des commandes

Avec l’externalisation, certains prestataires ne facturent que le volume consommé ou comme Neolys, spécialiste de la logistique E-commerce, propose une tarification à l’acte. « Nos clients ne paient pas de forfait, ils paient leurs expéditions, ils ne subissent donc pas la contrainte des coûts fixes », indique Ludovic Druesnes, le gérant. La préparation des commandes est automatisée. Le stockage des produits organisé en fonction de leur valeur de rotation pour limiter les déplacements. DHL Supply Chain pratique le tri successif grâce à des casiers intelligents qui permettent d’augmenter les cadences. En cas d’internalisation de l’entreposage, il faut veiller à optimiser l’organisation pour gagner en productivité et compenser les frais fixes. Selon Christian Morin, p-dg de Morin Logistic, « il est possible de jouer sur les délais ; ce qui coûte cher c’est l’immédiateté, prendre un ou deux jours de délais permet de massifier la préparation des commandes et génère des économies ».

Négocier des tarifs de transport compétitifs

« Lorsqu’un E-commerçant envoie 1 000 colis par mois, il peut obtenir une remise de 5 % auprès de son opérateur, alors que nous, prestataires logistiques, grâce aux volumes que nous traitons, nous obtenons des remises de l’ordre de 25 %, 30 % voire 40 % », affirme Sylvain Mignot. Les logisticiens peuvent faire jouer la concurrence selon la nature du produit (poids et volume), sa valeur et sa destination. Vous pouvez opter pour les solutions de transport les moins chères, dans la limite de la satisfaction client, puisque le client a souvent le dernier mot en matière de délai de livraison. Le marché du transport évolue, et de plus en plus de transporteurs indépendants élargissent leur offre au secteur du B to C.

Enfin, pour régler la question du dernier kilomètre, sachez que la livraison en point relais coûte un peu moins cher que la livraison à domicile.

Améliorer la gestion de la relation client

Qu’il s’agisse d’utiliser des outils de suivi mis à votre disposition par les transporteurs ou d’accélérer le traitement des retours, plus vous améliorez la qualité de la relation client, plus vous évitez les coûts cachés liés aux réclamations. « Le fait de gérer les retours en express permet de diminuer le nombre d’appels entrants, note Guillaume Guersing responsable marchés au sein de la direction marketing de Chronopost. Une remarque à méditer pour vos arbitrages !

Au final, alors que la profession est avare d’informations sur les tarifs – argumentant qu’ils sont calculés selon le volume, l’étendue des services, la nature des produits, les destinations – vous avez intérêt à négocier les prestations et à faire jouer la concurrence dans un secteur bien décidé à s’adapter aux contraintes de votre activité.

Extrait d’ E-commerce magazine n° 21,  février-mars 2010